You are here

Genre

Dans le cadre de la journée internationale pour l’élimination de la violence à l’égard des femmes (25 novembre), Le Monde selon les femmes vous propose une semaine complète de rencontres, ateliers, projections, témoignages et découvertes d’outils pour déconstruire les mythes autour des violences sexuelles et élaborer des stratégies ensemble.

Le jeudi 25 novembre, journée internationale pour l’élimination de la violence à l’égard des femmes, l'atelier Articulations : climat, travail décent, extractivisme, explorera les liens entre la marchandisation du corps des femmes et l’exploitation des territoires, mais aussi les rapports Nords-Suds, le travail décent, la coopération et la solidarité internationale. Cet atelier accueillera notamment comme intervenant·e·s : Ana Elena Contreras (Aquelarre feminista), Richard Poulin (Université d’Ottawa), Héma Sibi (CAP International), Pauline Gregoire (Oxfam Magasins du Monde) et Etienne De Leeuw d'ACODEV. L'atelier se déroulera en ligne de 18h à 20h.

Le programme du reste de la semaine comprendra :

  • Lundi 22 novembre – La parole aux survivantes (19h-20h30) : Rencontre avec les autrices Rachel Moran (Irlande) et Amelia Tiganus (Espagne) autour des livres « L’enfer des passes » et « La revuelta de las putas ».
  • Mardi 23 novembre – Enjeux dans la migration (17h30 – 20h) : Projection du film « Chicas Nuevas 24 horas », suivie d’un atelier sur la relation entre migration et prostitution dans le contexte belge.
  • Mercredi 24 novembre – Et l’EVRAS dans tout cela ? (18h – 20h) : Discussion sur la place de l'EVRAS (Education à la Vie Relationnelle, Affective et Sexuelle) occupe une place essentielle dans la déconstruction des stéréotypes de genre et la mise en place d’une sexualité égalitaire.
  • Vendredi 26 novembre – Questions d’argent : qui est complice ? (17h30 – 20h30) : Projection du film « El Proxeneta » de la réalisatrice Mabel Lozano et débat.

Pour permettre au plus grand nombre d'assister à ces rencontres, l'ensemble des ateliers sont gratuits et organisés en ligne.

Programme complet et inscriptions sur le site du Monde selon les Femmes : www.mondefemmes.org/marchandisation-du-corps-des-femmes-defense-feministe.

Depuis vendredi dernier, la Belgique compte un plan fédéral de Gender Mainstreaming. Découvrez les engagements de la Ministre Kitir à ce propos !

Le Plan fédéral Gender Mainstreaming a été approuvé par le Conseil des ministres ce 11 Juin 2021. Ce plan a été établi sur base de la loi Gender Mainstreaming du 12 janvier 2017 et a pour but l’intégration de la dimension genre dans toutes les politiques fédérales. Concrètement, les engagements de la Ministre Kitir sont les suivants (page 10 et 11) :

"Madame Meryame Kitir, Ministre de la Coopération au Développement et de la Politique des Grandes Villes, s'engage à une intégration transversale de la dimension genre dans toutes les interventions de la coopération belge au développement et à cet égard elle intégrera prioritairement la dimension genre dans :

  1. Le focus sur la lutte contre la pauvreté (la promotion de l’autonomie, l’accès à l’eau potable, l’électricité, le logement décent, la participation et les services publics, le soutien aux systèmes de protection sociale …).
  2. Le développement d’une stratégie agricole basée sur les systèmes alimentaires durables (l’appui aux petites exploitations agricoles, l’agro-écologie …).
  3. Les programmes de santé et le renforcement des systèmes de santé de base.
  4. Les programmes axés sur la formation.
  5. L’entrepreneuriat (numérique).
  6. Les programmes thématiques concernant le climat (le Cadre stratégique commun des partenaires indirects actifs dans les secteurs de l’eau et de l’environnement la gestion durable de l’eau, la résilience de l’agriculture et la gestion des sols et des forêts, l’urbanisation croissante …).
  7. L’aide humanitaire (la protection humanitaire, la promotion de l’autonomie, l’instrument de « développement transitionnel » …).
  8. La consolidation de la société civile locale.

La Ministre de la Coopération au Développement s'engage également, dans le cadre de la politique de coopération au développement, à utiliser l'approche des droits et à renforcer le suivi, le contrôle et l'évaluation ainsi que l'utilisation d'outils pour l'intégration transversale du genre (comme le gender budgeting et les marqueurs de genre de l'OCDE) dans tous les canaux de la coopération belge au développement :

  • Coopération bilatérale ;
  • Coopération multilatérale ;
  • Coopération humanitaire ;
  • Soutien indirect par le biais d'acteurs de la coopération non gouvernementale ;
  • Coopération avec le secteur privé, BIO."

Pages