De la société civile vers la société civile

Les acteurs indirects

Les ONG, universités, syndicats et autres associations sont des acteurs indirects reconnus par l'administration belge

Les ONG agréées

Les ONG sont issues de la société civile. Cela veut dire qu'elles sont constituées et soutenues par elle. Elles nouent des liens de partenariat avec des ONG dans les pays du Sud. La coopération au développement est l'objet principal des ONGD. Le secteur s'est professionnalisé au fil des ans. L’agrément comme ONG de développement est une reconnaissance que donne l’Etat belge. Une fois agréée par l’Etat, une ONGD est subsidiable par le gouvernement fédéral, communautaire et régional et/ou par des institutions internationales.

La plupart des ONG agréées sont regroupées en fédérations et en coupoles.

Les universités et autres institutions scientifiques

Les universités sont aussi des acteurs indirects de la coopération au développement. Elles sont soutenues par les institutions fédérales et fédérées à travers le CIUF (Conseil Inter Universitaire de la Communauté Française) et plus spécifiquement la CUD (Commission universitaire au Développement) au niveau des actions de coopération au développement qu’elles mênent ou VILR du côté flamand (Vlaamse Interuniversitaire Raad).

La CUD s’efforce de mettre en commun les ressources et potentialités des universités francophones de Belgique pour augmenter ainsi l’efficacité de leur contribution à la coopération internationale et rendre possible et réaliser des projets qu’aucune institution n’aurait la capacité de réaliser seule. C’est notamment via la CUD que le Conseil Inter Universitaire Francophone accorde 150 bourses d’études et 70 bourses de stages internationaux par an.

A coté de ces institutions universitaires, d’autres institutions scientifiques sont aussi actrices de la coopération au développement. Il s’agit de :

Les syndicats

Les syndicats belges sont extrêmement actifs dans les pays du Sud en partenariat avec des syndicats du Sud. Ils se centrent sur des objectifs liés aux droits des travailleurs.
Les deux plus grands syndicats belges francophones sont la FGTB et la CSC.

La CSC : La Confédération des Syndicats Chrétiens, considère la solidarité internationale comme un axe essentiel de l’action syndicale. Les intérêts des travailleurs de Belgique ne peuvent pas être dissociés de ceux des travailleurs d’autres pays. Il convient de parvenir à des règles de jeu sociales et économiques qui soient équitables. Au sein de la CSC, le service des relations internationales a pour tâche de suivre et de promouvoir des relations avec d’autres syndicats sur les cinq continents. L’Institut d’Education ouvrière internationale (IEDI) organise des formations pour les syndicats qui collaborent avec la CSC, surtout en provenance des pays du tiers monde et des pays d’Europe centrale et orientale.

La FGTB : La FGTB et plus particulièrement la FGTB wallonne mène avec les organisations syndicales des pays du Sud des initiatives et actions de coopération au développement peu traditionnelles. La démocratie, sa mise en application, son respect et son développement et la réalisation de projets renforçant les solidarités concrètes en sont les axes principaux. Des formations de militants syndicaux, de travailleurs et travailleuses des secteurs formels et informels sont organisées dans le Sud, en fonction des situations particulières des différents pays. Elles traitent différents aspects de la démocratie politique mais aussi économique, sociale et culturelle. Des voyages d’études et de formations sont aussi organisés en Belgique et en Wallonie, mais cela s’intègre toujours dans un programme plus vaste visant au renforcement d’un contrepouvoir syndical mondial.

Les villes et les communes

Les villes et les communes sont des acteurs nouveaux de la coopération au développement. Elles travaillent sur la gestion locale en partenariat avec une autorité locale dans le Sud. Toute une série de communes wallonnes et bruxelloises collaborent ainsi directement ou indirectement avec une municipalité dans le Sud. Ces collaborations passent autant par un niveau institutionnel que indirectement via le secteur ONG. Il peut par exemple s’agir d’un appui à la réhabilitation de l’administration communale d’une commune du Sud, ou à l’appui à la réhabilitation d’écoles via un financement à une ONG belge.

Les villes et les communes sont regroupées au niveau régional au sein des institutions suivantes : Union des villes et des communes de Wallonie , Association des villes et des communes de Bruxelles, Vereniging van Vlamamse Steden en Gemeenten.

APEFE/VVOB

L’Association pour la Promotion de l’Education et de la Formation à l’Etranger (APEFE) et son homologue flamand Vlaamse Vereniging voor Ontwikkelingssamenwerking en Technische Bijstand (VVOB) sont des ASBL dont l’objectif est de donner un appui à des activités d’enseignement, formation et recherche des organisations partenaires dans les pays du Sud.

L'APEFE avait été créée pour permettre aux enseignants francophones de mettre leur savoir-faire au service de pays défavorisés, elle a considérablement élargi son champ d’activités depuis et s’affirme aujourd’hui comme centre d’expertise en développement au service des pays les plus pauvres. Elle inscrit son action de renforcement des capacités dans une logique de partenariats et de réseaux qui garantit la qualité d’une assistance scientifique et technique de pointe.

Associations de migrants

Il s’agit d’associations diverses travaillant la thématique des migrants, de l’interculturel, de l’ouverture Nord-Sud ou d’enjeux liés à des thèmes plus globaux.