Une autre façon de coopérer

Comment ?

L'éducation au développement est un processus à deux versants, l'un est pédagogique, l'autre est politique.

5 modalités d'intervention

 

 

 

 

L'objectif est d'interpeler et favoriser l'empathie du public, sur les enjeux mondiaux et la solidarité internationale.   
Les organisations profitent d’initiatives préexistantes comme les festivals, les Salons, la Semaine de la Solidarité internationale, les journées internationales thématiques, etc. mettre en place des activités de sensibilisation. 

Ici, quelques exemples d'activités de sensibilisation.

 

 

 

 

 

 

 

Les processus de formation et de conscientisation consistent à aller plus loin dans la prise de conscience, l’apprentissage de connaissances, l’apport d’analyses, de réflexion, le développement de l’esprit critique.
Le public de ce type d’interventions est très diversifié (jeunes ou adultes, bénévoles ou professionnels, des personnes « défavorisées », etc.) et concerne des individus ou des organisations qui deviendront eux-mêmes, dans le cadre de leur vie privée et/ou professionnelle, des « relais » des messages de l’éducation au développement (par ex. des bénévoles d’une organisation, des délégué-e-s syndicaux-ales, des animateurs-trices socio-culturels, des fonctionnaires communaux en charge des relations internationales, des journalistes, etc.).   

Ici, quelques exemples d'activités de formation/conscientisation

 

 

 

 

 

L'Éducation au développement ayant pour objectif le changement social, il s’agit également de faire prendre conscience à des individus et des groupes de citoyen-ne-s déjà sensibilisé-e-s à certaines problématiques de leur pouvoir d’action et de renforcer leurs capacités à agir concrètement, chacun à leur échelle, sur des situations qui nécessitent un changement au niveau local et global.  
Ces individus/groupes sont amenés à s’engager dans des actions de solidarité existantes ou renforcés dans leur capacités à réaliser, de manière autonome, des actions concrètes de solidarité de type social, politique, éducative, etc.

Ici, quelques exemples de mobilisation

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Il s’agit de préparer et de porter un discours dans le but d’interpeller directement les décideurs, qu’ils soient politiques et/ou économiques, afin d’influencer leurs décisions qui ont des répercussions globales (impact sur la vie et des citoyen-ne-s du « Nord » et du « Sud » de la planète). 
Par son rôle d’électeur-trice ou de consommateur-trice, chaque citoyen-n-e a le pouvoir d’orienter les préoccupations des décideurs.  C’est pourquoi,  le travail de plaidoyer politique est aussi connecté au travail éducatif des ONG et s’appuie sur les citoyen-n-e-s averti-e-s.  .  Les ONG proposent à ces citoyen-ne-s conscientisé-e-s différentes pistes concrètes de participation à l’action politique : signature de pétitions, participation à un débat au Parlement, large mobilisation (ex. manifestations, actions directes, etc.).  Le plaidoyer politique est donc aussi un moyen qui permet à un public averti de s’engager pour plus de justice internationale.  

Ici, quelques exemples de plaidoyer

 

 

 

 

 

 

 

Le travail de recherche en éducation au développement consiste à analyser les enjeux du développement dans toute leur complexité et de voir notamment en quoi le contexte historique et les structures génèrent des inégalités dans le monde.  Il ne s’agit pas de s’en tenir aux constats, ce travail vise à formuler également des alternatives aux analyses dominantes.  Le travail de recherche est important pour comprendre mais aussi pour dénoncer.
Un autre aspect du travail de recherche des ONG porte sur le métier même de l’éducation au développement.  Les résultats des réflexions en la matière visent à appuyer les acteurs de l’éducation au développement à mener à bien leurs missions.  La méthodologie de la recherche-action participative est privilégiée dans le champ de l’éducation au développement. 

Ici quelques exemples de recherche

Les méthodes pégagogiques utilisées

        • des démarches participatives, actives et interactives
        • des approches facilitant l’analyse de la complexité du développement
        • l’émergence des représentations mentales des publics visés (avec un travail spécifique sur les images et préjugés face à l’autre différent)
        • une pédagogie adaptée à la diversité des publics
        • des méthodes d’évaluation formatives et participatives
        • des apprentissages en termes de savoir, de savoir-faire et de savoir être.

De nombreux supports pédagogiques sont créés par les acteurs de l’éducation au développement pour soutenir les actions.  Ces supports sont développés à l’aide de médias très variés, allant des nouveaux médias (par ex. serious game, sites internet, web-documentaires, etc.) aux plus traditionnels (par ex. jeux de société, documentaires, publications, concours, etc.).  Ces supports permettent des situations d’apprentissage interactives, participatives et attrayantes. Les créations audiovisuelles ou théâtrales, les expositions, les projections de documentaires suivies de débat, les animations diverses, etc., souvent co-construites avec des compagnies de théâtre, des centres culturels, des organismes de productions audio-visuelles, etc., sont autant de moyens d’expression qui permettent la création d’interventions d’éducation au développement originales et riches pour interpeller le public et susciter sa réflexion. 
Ces démarches mobilisent des méthodes et supports pédagogiques qui se veulent souvent  interactive et participative  (mises en situation, tables-rondes, animations diverses, etc.). 

Stratégies

Cela ne s'improvise pas !

La mise en réseau